Déploiement de réseaux 5G

Les technologies révolutionnaires sur lesquelles repose la 5G, comme le MIMO massif (Massive MIMO), le découpage réseau en tranche (Network Slicing) , la création de faisceaux directifs (beamforming) et la virtualisation des fonctions réseau (network function virtualization, NFV) nécessitent des approches progressives aux déploiements de nouveaux réseaux 5G. Elles représentent également un investissement important : on prévoit que les opérateurs de télécommunications dépenseront plus d’un billion de dollars en déploiement de nouveaux réseaux 5G au cours de la prochaine décennie. Cette tâche monumentale peut être réalisée à l’aide d’une multitude de stratégies et d’options ayant toutes leurs avantages et leurs inconvénients liés à la technologie 5G et à l’accès à des vitesses plus élevées.

La promesse du déploiement de nouveaux réseaux 5G est devenue réalité. La technologie sans fil de nouvelle génération, planifiée et développée depuis près d’une décennie, commence à fournir un service limité. À terme, les signaux 5G permettront des vitesses plus élevées, une latence réduite et des services améliorés. La transformation architecturale fondamentale qui rend possible ce déploiement est complexe et sur plusieurs niveaux. 

Options de déploiement de la 5G 

Tout au long du cycle initial de déploiement de la nouvelle 5G, les opérateurs et les acteurs du marché ont étudié les tendances émergentes. Ces travaux ont mené à une réalisation collective : des services ainsi qu’une standardisation accélérés du déploiement de réseaux 5G étaient nécessaires. C’est pourquoi les 45 plus grandes entreprises du marché des communications sans fil LTE se sont rassemblées en mars 2017 afin de développer un plan de déploiement de la 5G intitulé « Way Forward on the overall 5G-NR eMBB workplan » (Cap vers le plan de travail général du haut débit mobile amélioré 5G-NR) ». Cette coalition a convenu d’accélérer l’adoption de la 5G en s’engageant à réaliser des essais et déploiements de réseaux 5G non autonomes.

5G NR

La publication de la spécification de la norme NR (new radio) non autonome du 3GPP a suivi quelques mois plus tard. Ce concept a été élaboré afin d’introduire la première fonctionnalité de couverture 5G s’ajoutant à l’infrastructure de réseau 4G/LTE actuelle. Cette option innovante a permis une plus grande variété de scénarios potentiels de déploiement de la 5G.

Le choix entre connectivité autonome et non autonome ne représente que l’une des variables à prendre en compte lors de l’élaboration d’un plan de déploiement de la 5G.

L’intégration d’éléments de virtualisation et de calculs en périphérie, ainsi que les configurations des réseaux backhaul et fronthaul, sont d’autres facteurs dont il convient de tenir compte. Les stratégies de placement des petites cellules, l’application du MIMO et l’allocation du spectre rendent chaque installation 5G NR unique. Ce niveau de personnalisation nécessite des solutions de test évolutives, précises et efficaces afin de prendre en charge les modèles de déploiements de réseaux disponibles.

Options de déploiement de la 5G du 3GPP

Le 3GPP (3rd Generation Partnership Project) a défini plusieurs options pour le déploiement de réseaux 5G autonomes et non autonomes. Le communiqué n° 15 de la spécification 5G a été publié en décembre 2017. Ce communiqué se concentre principalement sur les options non autonomes. La première spécification pour réseaux autonomes a été publiée en juin 2018.

L’option 1 pour le déploiement de la 5G correspond simplement à l’ancienne norme LTE associée à un cœur évolué en mode paquets (Evolved Packet Core, EPC). L’option 2 inclut la norme NR seule communiquant avec le réseau 5G principal sans ancrage LTE. Cette option « autonome » nécessite la couverture NR continue de la zone cible. Les options 4, 5 et 7 du 3GPP associent toutes l’infrastructure LTE existante à de nouvelles capacités 5G. La double connectivité est un moyen efficace de combiner le meilleur de la 5G et du LTE pour accélérer le déploiement de la 5G.

La spécification du communiqué n° 15 du 3GPP a également défini comment les signaux 5G sont émis et reçus. La haute bande passante et des communications à faible latence et à très haute fiabilité (ultra-reliable low latency communications, URLLC) étaient des objectifs importants. La réalisation de ces buts a été facilitée par les nouvelles avancées en matière de 5G, comme l’espacement entre sous-porteuses et la commutation rapide. Les formes d’ondes de liaison descendante définies par le communiqué n° 15 sont restées cohérentes avec la technologie LTE de multiplexage par répartition orthogonale de la fréquence (MROF). Les formes d’ondes de liaison montante disposent d’une MROF à transformation de Fourier discrète (TFD) supplémentaire pour une plus grande flexibilité. 

Le communiqué n° 16 de la spécification 5G du 3GPP a été finalisé en juillet 2020. Parmi les nouveaux thèmes de ce champ d’application se trouvent le déploiement de réseaux 5G sur des bandes passantes sans permis, l’Internet des objets (IdO) industriel et l’accès à la 5G par satellite. L’efficacité constituait un autre aspect prioritaire du communiqué n° 16. Les technologies de signal d’activation (Wakeup signal, WUS) et de double connectivité, et d’autres innovations, ont été associées afin d’améliorer la consommation énergétique des réseaux 5G.

Le communiqué n° 17, dont la publication est prévue pour l’été 2022, définira de nouveaux cas d’utilisation et de nouvelles fonctionnalités pour le découpage réseau en tranche, l’exploitation NR à des fréquences plus élevées (≥ 52,6 GHz) et l’IdO avancé grâce aux URLLC. Le nouveau communiqué du 3GPP se concentrera également sur les améliorations apportées à la technologie d’antenne MIMO massif, l’accès et le backhaul intégrés (Integrated access and backhaul, IAB), et les communications de santé publique, se basant sur d’importantes leçons tirées de déploiements réels.

Option 3X de déploiement de la 5G

L’option 3 de déploiement de la 5G non autonome réunit en fait trois options en une. Les variantes 3, 3A et 3X sont contenues dans l’enveloppe de l’option 3. Toutes utilisent une station de base LTE comme ancrage de signalisation, mais chaque variante définit les protocoles de trafic entre éléments de façon légèrement différente. Jusqu’à présent, l’option 3X de déploiement de la 5G a été la variante acceptée par le plus grand nombre, car les données utilisateur circulent directement vers la portion gNB 5G de la station de base, ce qui permet de gérer des débits de données élevés. L’option 3X fournit également une couverture plus robuste à des fréquences plus élevées, pratiquement sans aucun temps d’interruption inhérent à la mobilité LTE et 5G.

Cinq clés pour un déploiement de la 5G réussi

Un déploiement réussi de la 5G dépend de la capacité à adapter les bonnes pratiques habituelles aux récentes avancées technologiques qui ont caractérisé la 5G. Ces principes impliquent plusieurs domaines de l’architecture, de la technologie et des performances de la 5G.

5G New Site

  1. Certifier toutes les connexions à fibre optique et valider l’orientation/l’alignement de l’antenne :
    L’importance d’une fibre optique propre a été amplifiée par l’importante augmentation des connexions d’antennes inhérente au MIMO massif de la 5G. L’engagement à assurer une connexion et une validation de qualité doit également s’appliquer à l’installation coaxiale pour la bande FR1 inférieure à 6 GHz. Dépasser le budget de liaison peut directement entraîner une dégradation des performances ainsi qu’une activation retardée. L’alignement d’une antenne, notamment la vérification de son orientation et de son inclinaison, fournit un référentiel précieux pour optimiser les performances et la couverture d’une antenne-relais 5G.
  2. Vérifier la fréquence d’espacement entre porteuse et SSB, et l’espacement entre sous-porteuses :
    Le bloc de signaux de synchronisation (synchronization signaling block, SBB), qui correspond au signal de référence 5G du LTE, est utilisé pour identifier et synchroniser une cellule avec un équipement utilisateur (EU) spécifique. Chaque SSB peut être identifié à l’aide d’un nombre unique, appelé indice SSB. Un EU se verrouillera sur un beam (faisceau directif) spécifique en fonction de l’indice SSB disposant de la puissance de signal observée la plus élevée. Il est essentiel de vérifier la fonctionnalité SSB lors du déploiement et de la mise en service d’un réseau 5G. L’espacement entre chaque sous-porteuse et les performances de ces dernières doivent également être testés.
  3. Vérifier la présence de toutes les porteuses et leurs PCI :
    Un plan efficace de déploiement de réseau 5G doit inclure la vérification des signaux de chaque porteuse ainsi que de leurs identifiants de cellule physique (physical cell ID, PCI) respectifs. L’agrégation de porteuses est une technique visant à augmenter le débit de données par utilisateur en affectant plusieurs blocs de fréquences, aussi appelés composantes porteuses, à chacun. Une utilisation améliorée par agrégation de porteuses favorise la bande passante 5G et la diversité des cas d’utilisation. 
  4. Vérifier l’identifiant des faisceaux directifs pour chaque porteuse :
    Lors d’un déploiement LTE, la couverture peut être globalement caractérisée par secteur. En utilisant la technologie NR 5G, chaque faisceau directif individuel se comporte comme une zone de couverture distincte. La philosophie qui sous-tend l’utilisation des faisceaux directifs dans la 5G souligne l’importance d’une analyse dédiée de l’indice de beam dans le cadre du déploiement d’un réseau 5G.
  5. Vérifier la couverture 5G du site :
    Vérifier la sortie de la couverture cellulaire conçue pour un réseau 5G nécessite un mappage précis de la couverture 5G afin de déterminer l’indice de beam, la puissance et le rapport signal/bruit d’une zone donnée. Cette bonne pratique en matière de déploiement de la 5G peut être difficile à mettre en œuvre de façon fiable, en particulier dans des zones de couverture combinant 5G et LTE. L’annulation par auto-interférence dynamique (Dynamic Spectrum Sharing, DSS) permet à la 5G et au LTE de fonctionner en tandem pour une couverture fluide et un déploiement rapide de la 5G. Les meilleurs outils de mappage de la couverture 5G sont maintenant disponibles pour l’évaluation de la couverture LTE et 5G.

Les défis du déploiement de la 5G

Devant la foule d’options disponibles, décider quelle approche de cinquième génération adopter n’est que le premier défi de ces déploiements. Les plateformes révolutionnaires de technologie sans fil 5G ne cessent de repousser les limites en matière de capacités de conception, de production et de test. La virtualisation des fonctions réseau (Network Function Virtualization, NFV) est une condition préalable au découpage en tranche du réseau principal, à la collecte d’informations en périphérie et à d’autres fonctionnalités essentielles liées aux signaux 5G. Ces technologies permettent l’utilisation de services basés sur l’IdO et l’IA. La standardisation, la sécurité et l’apport de la puissance de calcul nécessaire aux fonctions virtuelles font partie des nombreux obstacles auxquels sont confrontés les développeurs spécialisés en NFV.

5G Deployment Challenges
 

Les ondes millimétriques représentent un autre ingrédient essentiel de cinquième génération pouvant s’accompagner de défis technologiques et logistiques. En raison de leur portée limitée et de leur incapacité à transmettre à travers des objets solides, le nombre considérable d’antennes que nécessite leur utilisation ajoute des obstacles ne pouvant être dépassés que par un déploiement progressif.

L’efficacité spectrale, mesurée en (bit/s)/Hz, est actuellement limitée par le deuxième théorème de Shannon qui définit le débit maximal auquel les données peuvent être envoyées sur n’importe quel support sans erreur. Ce plafond théorique est bien plus bas que ce qui est prévu et requis pour le déploiement de la 5G. Seules les technologies de MIMO massif et de beamforming, qui utilisent de larges réseaux d’antennes, permettent à la 5G de dépasser efficacement cette limite de vitesse naturelle.

Déploiement d’antennes 5G

 

Lors d’un déploiement 5G réussi, les ondes millimétriques et le MIMO massif fonctionnent ensemble. Bien que les hautes fréquences nécessitent un volume d’antenne plus important, elles permettent un facteur de forme d’antenne bien inférieur en raison de leur longueur d’onde plus courte. Déployer et aligner correctement ces réseaux d’antennes complexes peut présenter des défis. 

Les intégrateurs d’antennes 5G, qui interviennent au sommet de l’antenne-relais, valident la configuration du réseau d’antennes en la comparant aux spécifications des outils de planification RF. Une mauvaise validation peut entraîner des écarts de couverture ainsi qu’une dégradation du service, ce qui est parfois assimilé à tort à un niveau d’infrastructure d’antenne-relais insuffisant, un diagnostic aussi erroné qu’onéreux.

Une confiance très élevée dans un déploiement d’antennes 5G peut être atteinte grâce à des solutions d’alignement d’antennes fiables. L’outil d’alignement d’antennes 3Z RF Vision de VIAVI détecte les obstructions sur le chemin de transmission de l’antenne et vérifie les paramètres d’inclinaison latérale, de basculement et d’azimut. Une caméra intégrée et des fonctionnalités de réalité augmentée permettent de générer des études de visibilité directe automatisées et de détecter les obstacles imprévus sur le chemin de l’antenne.

 

Interface radio 5G

En plus d’une exploitation à haute fréquence, l’interface radio 5G intègre un plus haut degré d’annulation par auto-interférence. Les options flexibles d’espacement et de numérologie des sous-porteuses sont de nouveaux éléments de l’interface radio 5G, de même que le duplex par séparation temporelle (Time Division Duplex, TDD) dynamique. Cette méthode utilise une seule fréquence pour la transmission de signaux de liaison montante et de liaison descendante, divisée en créneaux temporels séparés. Le TDD est similaire aux méthodes de contrôle du trafic qui ouvrent ou ferment des voies dans chaque direction en fonction de la demande aux heures de pointe. Avec le TDD, le trafic sur les liaisons montantes et descendantes peut être réajusté intelligemment afin de réduire la latence du système.

Les innovations apportées par l’interface radio 5G peuvent également s’accompagner de leur lot de défis supplémentaires lors du déploiement et des tests. Les bonnes pratiques de tests classiques, comme les routines de balayage fermé, ne sont prévues que pour évaluer une direction du trafic. Une meilleure visibilité est nécessaire pour distinguer les signaux réels des interférences, surtout lorsque le TDD a été utilisé. Les analyseurs de spectre en temps réel innovants de VIAVI utilisent des options avancées compatibles avec la 5G. Parmi ces options, les fonctionnalités de spectre avec persistance et de spectrogramme fournissent une vue plus détaillée de la bande de fréquence surveillée.

Beamforming pour réseaux 5G

La combinaison efficace de MIMO massif, de beamforming et de multiplexage spatial permet de renforcer la couverture 5G. La technique de beamforming, spécifique au déploiement de réseaux 5G, peut être utilisée pour concentrer un signal sans fil vers un appareil récepteur donné. Le fait de combiner plusieurs signaux améliore de façon constructive la bande passante ainsi que la couverture. L’application adaptée du beamforming est essentielle pour améliorer la couverture 5G, en particulier sur la bande FR2 (24,25 – 52,6 GHz). Cependant, le beamforming comporte son lot de défis en matière de surveillance, de maintenance et de validation. 

Beamforming Basics

L’interférence constructive décrit le principe scientifique utilisé pour améliorer la couverture 5G sur la bande FR2 en stratifiant stratégiquement les signaux venant de chaque petit groupe. Lorsqu’une infrastructure de formation de faisceau directif (Beam Forming) est déployée, la phase et l’amplitude de chaque antenne sont optimisées pour produire un gain directionnel bien plus élevé. Les normes du 3GPP apportent de la flexibilité aux politiques de beamforming et d’emplacements de SSB. Ce manque d’uniformisation peut également compliquer la définition des pratiques de tests de formation de faisceau directif 5G. 

Découvrez les exigences relatives à une configuration SSB précise dans le blog VIAVI suivant : 5G Beamforming Profile Rx (Prescription pour un profil de beamforming 5G).
 

Moyennes fréquences 5G

Les ondes millimétriques constituent la portion du spectre allant de 30 à 300 GHz. Le spectre de bande basse est inférieur à 1 GHz. Entre ces deux extrêmes se trouvent les moyennes fréquences, entre 1 et 2,6 GHz, et entre 3,5 et 6 GHz. Malgré l’accent mis sur les ondes millimétriques 5G, les spectres de bandes basses et moyennes sont également importants pour assurer les capacités et la fiabilité de la 5G. Les ondes millimétriques haute fréquence ont tendance à se déformer et ont une portée limitée. Grâce au large spectre de fréquences disponibles, ces problèmes peuvent être résolus par le biais du DSS et de la commutation de faisceaux adaptative. Par exemple, un appareil utilisateur peut être transféré vers une fréquence inférieure, et plus stable, jusqu’à ce qu’une connexion sur une haute fréquence stable puisse être établie. 

La portée étendue et l’immunité aux distorsions du signal du spectre de bande basse ont constitué de solides bases pour des générations d’infrastructures sans fil. Comme les basses fréquences s’accompagnent de plus bas débits et d’une latence plus importante, elles sont moins utiles à l’heure de la 5G. 

Certains qualifient le spectre 5G à bande moyenne de « fréquences Boucles d’or » offrant un compromis entre la vitesse des ondes millimétriques et l’intégrité du signal et la portée des basses fréquences. Ce constat est particulièrement vrai pour la plage de fréquence de la bande C, située entre 3,7 et 3,98 GHz.

L’utilisation du spectre à bande moyenne pour la 5G est si attrayante que de nombreux opérateurs « réutilisent » des bandes 3G pour la 5G. En outre, les 280 MHz du spectre de bande C ont été mis aux enchères sur le marché du secteur privé par la FCC en 2020. Ces transitions contribueront à atténuer le déficit en spectre à bande moyenne pour un déploiement durable de la 5G.

Déploiement de réseaux 5G

Contrairement aux transitions historiques vers l’architecture sans fil, la 5G constitue une évolution actuelle des réseaux existants plutôt que leur remplacement complet. En ce qui concerne le déploiement du LTE, le remplacement complet a limité les bénéfices de nombreux opérateurs. Un déploiement progressif des réseaux 5G, c’est-à-dire l’ajout d’éléments 5G sur l’architecture existante, est généralement considéré comme une façon prudente de réduire les dépenses en capital et de minimiser les risques financiers. 

L’architecture 5G basée sur les services, combinée à la technologie de découpage en tranche du réseau principal, renforce les cas d’utilisation existants, mais en crée également de nouveaux. Les options de déploiement de réseaux 5G dépendent des besoins commerciaux et des préférences de l’opérateur. 

Le haut débit mobile amélioré (enhanced mobile broadband, eMBB) devrait constituer le cas d’utilisation mondial le plus important de la 5G à court terme. Les opérateurs souhaitant tirer profit de la nette augmentation des communications massives de type machine (massive machine type communications (mMTC) et des communications à très faible latence (URLLC) adaptent actuellement leurs stratégies de déploiement de la 5G en conséquence. Le modèle de déploiement dépend également de la densification et de la couverture requises par les cas d’utilisation ciblés et du spectre alloué à chaque réseau. 

Déploiement commercial de la 5G

D’ici fin 2022, le nombre d’abonnés à la 5G devrait atteindre 1 milliard d’individus dans le monde et 1 000 appareils 5G commerciaux devraient être disponibles d’ici cette date. Les déploiements de réseaux 5G, tout comme le pourcentage de connexions mobiles réalisées à l’aide de la 5G, ne cessent de se multiplier partout dans le monde. Ce pourcentage devrait dépasser les 50 % en Amérique du Nord d’ici 2023. Cette croissance d’une année sur l’autre est une manifestation claire de l’intensification de la concurrence entre les opérateurs commerciaux aspirant à entrer sur le marché de la 5G. La publication du communiqué n° 17 du 3GPP sur les spécifications 5G devrait accélérer la cadence.

Tout comme la collaboration étendue à l’échelle du secteur avait permis de normaliser l’architecture 5G, une coopération continue entre les opérateurs, les fabricants de chipsets, d’infrastructure et d’appareils, et les organismes de régulation est nécessaire pour garantir un déploiement réussi de la 5G commerciale. La gamme étendue de cas d’utilisation des services 5G permet à d’autres secteurs, comme ceux de l’automobile (notamment pour les véhicules autonomes), des appareils médicaux, de l’agriculture et de la technologie aérospatiale de rejoindre la coalition de parties prenantes en pleine expansion. 

O-RAN 5G

L’architecture de réseau ouvert d’accès sans fil (Open RAN, O-RAN) a ouvert la voie vers la standardisation, l’évolution et la diversité des cas d’utilisation de la 5G. Le concept d’Open RAN est basé sur l’interopérabilité d’éléments de réseaux d’accès sans fil (RAN) 5G, y compris les équipements de type boîte blanche et les logiciels open source. La compétition, l’efficacité et l’innovation sur le nouvel espace radio de la 5G sont accélérées au fur et à mesure que le secteur s’éloigne du modèle utilisant des réseaux d’accès sans fil d’un seul fournisseur.

L’O-RAN ALLIANCE a été fondée en 2018 par un consortium de divers opérateurs dans le but de permettre une infrastructure RAN 5G plus ouverte. L’un des principes directeurs de l’alliance est l’intégration de renseignements au niveau des composants et à celui du réseau. Les O-RAN complètent le déploiement de la 5G en permettant aux opérateurs de développer des solutions fractionnées faisant appel à plusieurs fournisseurs. Ils facilitent également l’entrée de nouveaux innovateurs sur le marché de la NR 5G tout en réduisant le délai de mise sur le marché.

Réseaux 5G privés

La demande croissante pour des réseaux 5G privés représente cependant un contrepoint important à l’empreinte commerciale croissante de la 5G. Décrits comme des réseaux non publics (non-public networks, NPN) par le 3GPP, les réseaux 5G privés sont des réseaux prévus pour n’être utilisés que par une seule entreprise privée ou un seul organisme gouvernemental. Essentiellement, les réseaux 5G privés sont la nouvelle génération de réseaux locaux (LAN). 

Grâce à une latence inférieure à 1 ms, un débit ultra-élevé et à une fiabilité de 99,9999 %, les réseaux 5G privés présentent des avantages clairs par rapport aux réseaux LAN Ethernet ou LTE privés. Ces avantages incluent une amélioration de la densité d’appareils dix fois supérieure à celle du LTE et des protocoles de sécurité renforcés. Parmi les cas d’utilisation adaptés à cette combinaison d’attributs se trouvent la fabrication intelligente (Industrie 4.0), l’IdO appliqué au secteur de la santé et les communications de santé publique.

Le déploiement d’un réseau 5G privé peut être réalisé en tant qu’activité autonome ou en combinaison avec le RAN et le cœur d’un réseau commercial. Les organisations se servant de réseaux 5G privés opteront pour une des options, voire pour les deux, en fonction de leur taille et de leurs ressources. De nombreux déploiements de 5G d’entreprise devraient remplacer ou renforcer des réseaux Wi-Fi privés existants.

Déploiement de la 5G et fibre optique

La technologie sans fil est le centre de la plupart des débats lorsque la 5G est évoquée, mais la fibre optique mérite autant d’attention. Malgré l’avancée de la technologie IAB permettant d’utiliser des portions du spectre d’ondes millimétriques disponible pour le backhaul, un pourcentage élevé de backhaul 5G restera basé sur la fibre optique. Les connexions entre les antennes de cœur de réseau de nouvelle génération (Next Generation Core, NGC) et les antennes actives NR sont également réalisées à l’aide de la fibre optique.

En raison du volume élevé de connexions nécessaires au fronthaul et midhaul 5G, l’architecture PON s’est révélée être une option utile. Elle peut être mise à l’échelle facilement pour répondre à une demande croissante en matière de débit. Toutes les connexions PON et de fibre optique devant être validées, il est donc essentiel d’utiliser des solutions avancées de test de la fibre optique 5G pour garantir la propreté des fibres lors du déploiement de la 5G.


PON Architecture

Une seule particule de poussière d’un micron peut entraîner la défaillance d’une installation réseau. La radio pourrait ne pas obtenir un signal adéquat. D’autres problèmes habituels et évitables survenant lors d’une installation incluent les connexions mal fixées, les retombées radio et les « fibres optiques enroulées » (transmission et réception inversées lors de l’installation). Chacun de ces problèmes peut causer des « trous » dans la couverture, un débit faible et, donc, le mécontentement des clients.

Un stylo optique (VFL) permet d’identifier facilement les problèmes en cas de perte de continuité du signal. Une validation exhaustive des niveaux de puissance et des tests de perte détaillés, réalisés à l’aide d’un réflectomètre optique (Optical Time Domain reflectometer, OTDR), peuvent garantir une intégration d’antennes-relais réussie et résoudre rapidement les problèmes rencontrés lors de l’installation de la fibre optique 5G.

Cell Sites with Cable and Component Issues

 

Outils de déploiement de la 5G

La 5G a transformé tous les éléments de l’infrastructure des réseaux sans fil. Quelques exemples incluent la fibre optique, les réseaux d’accès sans fil (RAN), le transport et la gestion des actifs. La mise en œuvre de chaque étape du déploiement de la NR 5G nécessite maintenant un kit d’outils spécialisés. Chaque opérateur a développé ses propres méthodes de travail (MOP, Method of Procedure). L’approche la plus complète en matière de test de la fibre optique, de vérification OTA, d’analyse des faisceaux directifs et de test de couverture et de débit est souvent la plus fructueuse. Il suffit d’une seule antenne-relais peu performante pour retarder le lancement de tout un déploiement à grande échelle.

 

Lors de l’étape de vérification et de validation d’un nouvel équipement réseau 5G, des solutions de test capables de simuler en laboratoire un cœur 5G et le comportement d’utilisateurs réels peuvent aider à déterminer le niveau de conformité avec les normes du 3GPP et la qualité de service avant l’activation des signaux 5G. Le testeur de réseau TM500 peut évaluer l’intégralité de l’expérience utilisateur du réseau 5G. Pour cela, il peut, par exemple, simuler les interactions avec d’autres utilisateurs et les comportements habituels réels des appareils, comme l’envoi d’e-mails et le streaming sur appareils mobiles. Le testeur TM500 prend également en charge un grand nombre d’appareils utilisateur par cellule ou par porteuse afin d’évaluer la capacité.

Lors de l’étape de déploiement, d’activation et de mise à l’échelle technologiques, le spectre et les interférences des signaux 5G sur les ondes millimétriques nécessitent une caractérisation RF ainsi que des tests de conformité précis et fiables. Le CellAdvisor 5G portable associe l’analyse en temps réel du spectre et des interférences à des capacités d’analyse des faisceaux directifs 5G. Cela en fait une solution idéale pour la validation du MIMO massif et des faisceaux d’antennes. Le produit CellAdvisor intègre également des capacités de test et d’inspection de la fibre optique pour une plus grande polyvalence en matière de déploiement de la 5G. 

CellAdvisor 5G

Les tests sont tout aussi importants lors des étapes de l’assurance, de l’optimisation et de la monétisation. Lors de cette étape, la qualité d’expérience (QoE) devient une préoccupation principale pour développer des réseaux entièrement fonctionnels. Des applications avancées comme l’IdO et les véhicules autonomes ont créé des opportunités alléchantes de monétisation à très faible marge d’erreur. Les plateformes évolutives d’informations en temps réel, telles que NITRO Mobile, sont donc devenues essentielles pour capturer, localiser et analyser les évènements mobiles, pour et obtenir des informations vitales sur l’expérience utilisateur.

Certains voient dans le déploiement de la 5G l’élément phare de la « sixième révolution technologique ». Historiquement, cela met la technologie d’évolution 5G au même niveau d’importance que la machine à vapeur, la chaîne de montage ou l’essor de l’âge informatique. 

Cette distinction historique accordée à l’adoption de la 5G est à l’origine d’une évolution massive des infrastructures et d’un changement de paradigme. Certains des meilleurs ingénieurs et scientifiques au monde sont des acteurs clés de cette transformation. Les experts en infrastructure ont compris que la vaste gamme de nouveaux cas d’utilisation nécessite standardisation et flexibilité, deux exigences qu’il peut être difficile de satisfaire en même temps. Le respect des spécifications émergentes en matière d’infrastructure et de la polyvalence fonctionnelle rendent essentielle l’utilisation des meilleurs outils de test 5G dans le domaine en constante évolution du déploiement de la 5G.

Déployez un réseau 5G dès aujourd’hui avec l’aide de VIAVI !

Êtes-vous prêt à passer à l’étape suivante avec l’une de nos solutions ou l’un de nos produits de déploiement de la 5G ?
Remplissez l’un des formulaires suivants si c’est le cas :